Rêver sa vie et ne pas vivre ses rêves

Nous passons une grande partie de notre temps à rêvasser. En effet, il est rare que nous profitions vraiment du moment présent. Quand nous ne plongeons pas dans les souvenirs du passé, c’est souvent pour se faire des films sur notre avenir dignes des réalisations de John Woo.

Eh oui, vous le savez déjà par le biais de cet autre article pour vaincre sa fatigue, rêver sa vie est un sacré piège. Et pour vous convaincre une bonne fois pour toute de cet état de fait, je vous propose la revue d’un film entièrement dédié à ce sujet.

L’âge des ténèbres : synospsis

L’âge des ténèbres est un film réalisé par Denys Arcand. Il est le 3e film d’une triptyque de films :

  • Le déclin de l’empire américain
  • Les invasions barbares
  • L’âge des ténébres

Un minimum de recul est nécessaire pour comprendre le fil conducteur entre ces 3 films. Sous un ton comique-satirique, ils analysent pourquoi la société américano-canadienne (et occidentale) tombe petit à petit dans la décadence.

Voici un petit résumé de l’histoire

Nous sommes au Québec. Le héros a la quarantaine. Il a un travail banal dans la paperasse, il est un mauvais mari et aussi un piètre papa. Pour fuir cette réalité, notre héros rêve sa vie. Dans son univers, il devient alors un preux chevalier, une star qui met à genoux les plus jolies femmes ou l’auteur d’un best-seller. Notre héros incarne ici l’état d’esprit du citoyen moyen. Cela fait bien longtemps qu’il a abandonné le combat pour vivre ses rêves.  Durant le film, notre héros va malgré tout tenter de reprendre le contrôle de sa vie.

Nous devinons facilement le message du réalisateur. La société occidentale cours à la catastrophe. Tout le monde reste prisonnier d’un conditionnement interdicteur et frustrant. Et pourtant, personne ne fait quoi que ce soit pour changer ça. Le rêve américain a été remis en question et ne fait plus rêver personne. C’est à partir de cet instant qu’une société entre dans sa phase de décadence.

La réalisation du film est correct, mais là où l’auteur a été très bon, c’est dans l’imagerie et le choix des rêves vécus par le protagoniste. Il ne fait aucun doute que de nombreux spectateur s’identifieront facilement à lui. Quand on visualise ses rêves, on a l’impression de rêver sa vie. Je vous propose d’ailleurs une petite analyse des principaux rêves vécus :

Attention, mini Spoiler

  • Rêve de devenir un empereur romain : Le héros ne se projette pas dans une société antique, la réalité reste la même, c’est juste lui qui change de comportement (et de costume). Il imagine jouir d’un pouvoir total sur les autres et surtout sur sa supérieure. Cette volonté de violence et de totalitarisme est juste un transfert du tyrannisme du conditionnement social et professionnel qu’il est obligé de subir au quotidien (Il est presque condamné pour avoir dit un mot de travers dans le cadre de son travail).
  • Rêve de la jolie femme blonde éperdument amoureuse : Jacques Brel disait « Je suis trop amoureux de l’amour pour être amoureux des femmes ». Je perçois dans cette femme blonde l’expression visuelle de cette citation. Pour le héros, cette femme représente le fantasme de la femme miroir qui approuve et intensifie l’expression de toutes les valeurs, pensées et opinions d’un homme. Il s’agit là d’un vieux fantasme masculin… Hypocrites sont les hommes qui disent le contraire. Le problème est que notre société met toute son énergie à maintenir ce fantasme… Homme et femme attendent donc l’arrivé de leur l’élu de leur cœur avec ils pourront enfin être totalement soi, sans compromis et sans tabou. Une belle illusion qui force chacun d’entre nous à consommer plus pour mieux attirer cet idéal.
  • Le fantasme de la gloire et de l’abondance sexuel :

Femme rêvée par le héros : « Moi mon truc, c’est l’intelligence, c’est plus fort que moi, je ne peux pas me contrôler, c’est ça qui m’attire. Prends moi tout de suite ! »

Avoir réalisé quelque chose que tout le monde aime au point où une femme belle et charismatique veuille se donner à vous tout de suite, qui n’en a jamais rêvé ? Nous rêvons tous d’être une rockstar, d’être un grand politicien ou d’être l’auteur d’un bestseller. Mais nous souhaitons uniquement le résultat, nous oublions le travail et l’accomplissement nécessaire.

  • Le harem de femme nu : Un fantasme qui rappelle un des 12 travaux d’Hercule. Le héros est entouré de jolies femmes qui ont pour seul objectif de le servir sexuellement. Ce rêve est une épreuve pour notre héros, va t-il se laisser tenter par un laisser vivre sans objectif, sans aventures, ou va t-il se reprendre en main une bonne fois pour toute ? Cette scène est une véritable mise à l’épreuve de l’énergie masculine de notre héros, nous remarquons aisément que le héros souffre et lutte afin de rester lucide, il sait que se laisser-vivre va le mener à sa perte mais c’est tellement bon…

L’âge des ténèbres et rêver sa vie : Moralité ?

Ce film montre toutes les erreurs à ne pas faire. Chacune des rêvasserie du héros a un

Tout d’abord, vouloir un contrôle et une maîtrise absolu sur notre entourage est une erreur. Tel un roi de France, avoir l’approbation absolu de tout le monde nous lasserait rapidement et nous donnerait envie de trouver des personnes avec lesquelles dialoguer honnêtement. La quête de l’approbation totale des autres est vaine et insatisfaisante. Ce fantasme existe car il cache derrière lui une véritable quête noble et pleine de sens :  La liberté d’être et de dire ce que l’on pense, quelque soit le risque encouru.

Vous voulez vraiment vous sentir aussi puissant qu’un empereur romain ? Dites ce que vous pensez tout en étant prêt à encaisser les indignations et les mécontentement des autres. Dites votre point de vue même si vous devez en perdre votre travail. Dites les choses telles qu’elles sont quitte à déplaire à votre rencard. Plus vous serez intègre, plus vous vous sentirez fort intérieurement.

Ensuite, le rêve de la femme miroir n’est pas aussi cool que vous croyez. Dans un premier temps, une femme miroir apporte son lot de satisfaction personnel. En effet, une femme miroir reflète entièrement votre personnalité, un véritable paradis au préalable. Mais, que ce soit en amour ou dans tout autre domaine, le coût du paradis actuel est l’enfer de l’avenir. Un jour, votre miroir reflètera autre chose que vos qualités, il reflètera vos défauts et les aspects les plus laids de votre personnalité.

En bref, il s’agit d’un fantasme d’adolescent qui reste en nous car nous recherchons toujours un fond de complicité dans nos relations. Nous pensons donc qu’une relation parfaite se base sur une complicité entière et totale. Mais c’est faux. L’amour adulte se fonde aussi sur les compromis et les différences. Avec une bonne communication, ces différences permettent à un coule de réaliser des choses que nous sommes incapables de réaliser seuls. Alors faites vous un cadeau et choisissez des femmes avec un minimum de caractère.

Si cette première reflexion sur le « rêver sa vie » vous a plu, je vous recommande un article sur le même sujet pour vaincre la fatigue et ainsi vivre vos rêves.