Pour info, cet article fait parti d’un projet ambitieux, le projet Bonne humeur. Ce dossier a pour but de repérer vos points faibles et de les déjouer afin d’avoir bien en main votre bonne humeur quotidienne. Pour vraiment profiter des nombreux bénéfices de ce projet, je vous recommande de lire l’article d’introduction dont le lien se trouve en-dessous.

Article d’introduction : Quels sont vos points faibles [Dossier : Projet bonne humeur]

Article (1/5) : Se libérer de la peur du regard des autres

Article (2/5) : Comment ne plus tomber amoureux

Article (3/5) : S’accepter tel qu’on est 

Article (4/5) : Être productif et motivé

Article (5/5) : Être humble et heureux

Sans déconner, qui ne s’est jamais considéré comme une personne méritante ?

On ne compte pas le nombre de fois où on se met au second plan pour aider un ami ou quelqu’un d’important à nos yeux. On ne compte plus le nombre de fois où l’on a avalé notre orgueil pour le bien commun.

Si, de plus, vous pratiquez le développement personnel depuis des années, que vous avez appris à écouter, à mieux communiquer et à affronter vos peurs, il ne fait plus aucun doute que vous vous sentez méritant des meilleurs choses que peuvent offrir cette planète !

Martin : Une bonne de potes dévoué, une nana sexy et attentionnée, une famille qui vous aime et un bon job… Je le mérite amplement !

Ce n’est pas grand chose quand on y pense. On ne demande pas la lune, ni la gloire, ni être multi milliardaire, on veut juste être épanoui… Un droit légitime n’est-il pas ?

La fable du lièvre et de la tortue

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.34.49

Le lièvre, avant de faire sa course contre la tortue, eu un moment de réflexion :

Le lièvre : Tes…Cette tortue ne comprendra jamais que je mérite la victoire… Aussi longtemps qu’elle sera une tortue, elle ne pourra jamais être plus rapide que moi. Si je suis plus rapide qu’elle, je gagne la course, c’est la base. Pourquoi n’admet-elle pas enfin que je vais être le vainqueur ? Quelle idiote !

Nous connaissons tous la fin de cette fable. Le lièvre, ici, peut-être considéré comme une métaphore de la personne obsédée au mérite convaincue que la victoire lui est due.

D’où vient cette idée ? De notre éducation ou/et de nos victoires du passé. Nous avons peut-être, à un moment de notre vie, été fort choyé par nos parents et tuteurs :

« Tu mérites de recevoir beaucoup »

ou

Tu es vraiment quelqu’un de bien »

Sauf qu’en générale, nos parents nous disaient cela sans raison valable autre que leur amour inconditionnel. Cela a été rassurant de l’entendre  dans nos moments difficiles mais nous a donné petit à petit l’impression de mériter le meilleur sans avoir à agir.

Le lièvre est probablement quelqu’un de bien. Il a en effet un grand potentiel de réussite, mais le moment venu où il aura la possibilité de prouver sa valeur, il préférera rêvasser en attendant que la victoire lui soit reconnue naturellement.

Comme le lièvre, la personne méritante a un grand potentiel. Elle a un comportement en société qu’elle considère comme exemplaire :

  • Alors pourquoi la réussite et le succès ne reviennent pas de manière naturelle à la personne méritante ?
  • Pourquoi l’environnement ne s’adapte pas à la personne méritante ?

La réponse est simple :

L’obsession au mérite est certes un indice d’une haute estime de soi. Mais une haute estime de soi basée sur un orgueil démesuré. Nous avons tous l’impression d’être des lièvres quel que soit nos compétences. Nous avons tous la certitude d’être plus malin que les autres…Que ce soit par la considération que nous sommes plus intelligent, plus rusé, plus logique, plus intègre ou n’importe quelle autre faculté.

Chose amusante, la personne méritante considère comme égale uniquement toutes celles qui pensent comme elle ou qui adhère à sa vision de la vie.

Ne jouons pas les langues de bois, nous nous considérons tous supérieurs à la masse. Mais… Prenons conscience que, pendant que nous nous flattons notre égo en pensant que les autres nous sont inférieurs, d’autres personnes nous considèrent de même. Nous sommes tous la tortue d’un autre.

Nous vivons dans une société dans laquelle chaque homme a sa notion de « mérite ». Notre système de valeur, dépendant de notre éducation, nous a donné à tous une conception différente de ce qu’est être un homme bien et donc méritant.

Chose que l’individu obsédé au mérite ne comprend pas. Il ne comprend pas pourquoi les autres ne sont pas comme lui et agisse comme lui.

Manichéenne est sa façon de penser :

« Si quelqu’un ne pense ou n’agit pas comme moi, c’est une tortue de la société ».

C’est flatteur pour notre égo de penser ainsi :

  • J’ai un gros QI, j’ai fait le calcul dans un institut ! J’aspire donc à de plus grandes choses que l’individu qui est juste manuel.
  • Je suis dégourdi et astucieux, donc je peux aspirer à de plus grandes choses que ces autres tortues. Un jour viendra où on me reconnaitra à ma juste valeur.

Rester dans la considération d’être méritant, c’est penser comme le lièvre. Un potentiel gigantesque mais que trop peu exploité. Et qui finit par gagner ? La tortue, qui conscient qu’elle ne mérite pas la victoire, va tenter de faire de son mieux pour réussir. Avouons-le : un groupe « d’imbéciles » est bien plus productif qu’un groupe d’intellos frustrés.

Martin : Je vois où tu veux en venir… Tu nous dis qu’il faut se considérer comme des tortues et ne pas avoir confiance en soi. C’est pas très malin…

Qui parle de ne pas avoir confiance en soi ? La tortue part du principe que la notion de personne méritante est tout simplement de la branlette intellectuelle. Et que pour se sentir méritant, il faut d’abord faire ses preuves, agir et persister dans la difficulté.

C’est vrai ça, qu’est ce qui vous prouve que vous êtes plus malin que les autres ? Les faits parlent d’eux-mêmes… Mais si vous ne faites rien ou pas grand chose ? Rien ne prouvera que vous êtes meilleur et plus méritant que les autres.

Finalement, qui est la vraie tortue ?

Nous venons de mettre le doigt sur le complexe de supériorité de la personne « méritante ». Avec cette croyance manichéenne que les autres méritent moins le succès que lui, l’homme ne va pas vouloir s’adapter aux fonctionnements des autres. Attendant le jour où les membres de notre société comprendront qu’il a raison et qu’il faut agir comme lui. Mais… Ce jour n’arrivera jamais et il souffrira alors de son manque d’adaptation tout le long de sa vie… Et deviendra un homme morose, qui se sent seul et frustré !

Le piège du fantasme du repos du guerrier

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.34.02

Le fantasme du repos du guerrier est une autre origine de l’obsession au mérite. Il explique  l’aspiration d’un homme à vouloir obtenir les meilleures choses juste en se reposant, en n’agissant plus. Je parle de repos du guerrier car les hommes concernés se sont battus pendant un certain temps et ont accompli un certain nombre de choses. Un exemple sera plus parlant que de la théorie :

Considérons Christian.

Christian, il y a longtemps, a été à une époque le genre de mec pas très sociable, se réfugiant dans les jeux vidéo et les séries TV car la vie en société l’effrayait. Approchant l’âge adulte, Christian a décidé de prendre sa vie en main car ça le faisait chier de toujours se réfugiait dans sa grotte psychologique.

Il a donc changé du tout au tout. Il s’est mis au sport, il s’est ouvert aux autres, il a commencé à aborder des femmes. Ca été difficile pour lui, il a du lire des tonnes d’articles et des livres en tout genre, il a du faire le tri dans ce déluge d’information, il a du avalé ses larmes et sa rancoeur envers les autres.

Des mois, voir des années plus tard, il a enfin récolté le fruit de son labeur. Petit à petit, il s’est crée un réseau d’amis, il est devenu quelqu’un de sociable, de drôle et apprécié. A force de trimer, il a eu plusieurs copines et a enfin pu gouter au bonheur d’avoir tout un petit monde à lui.

Les années ont passé et aujourd’hui, Christian en a marre ! Il en a marre de devoir toujours faire des efforts pour être apprécié. Il en a marre d’aborder des filles qui 8 fois sur 10 refuse ses avances. Il en a marre de devoir donner du temps aux femmes qu’il rencarde juste pour avoir à la fin :

Rencard : T’es un mec sympa et drôle mais je recherche autres choses, désolé.

Il en a marre de devoir investir des quantités astronomiques de temps pour réaliser son projet qui n’avance pas aussi vite qu’il le désirerait.

Il en a marre de devoir être au meilleur de sa forme auprès de ses potes car il a l’impression que sans lui, la soirée tournerait à l’emmerdement maximal !

Christian : Bordel, j’en ai marre de devoir toujours tout donné pour maintenir un environnement que je mérite amplement. Comment se fait-il que des tonnes de gens ont tout ce que j’ai en étant juste naturel ? Quand aurai-je droit à mon repos du guerrier ?

Ces derniers temps, la vie quotidienne de Christian a un goût amer. Tout ce qui se passe autour de lui semble amplifie sa frustration latente : Son dernier rencard qui lui envoie un texto pour annuler à la dernière minute, ses potes qui oublient qu’ils devaient passer une soirée ensemble ou les membres de son association qui lui demandent encore plus d’aide que d’habitude. Ajoutons à cela que Christian se sent de plus en plus fatigué et blasé et la coupe est pleine !

Si ce texte vous parle, vous l’aurez deviné, vous êtes concerné par le fantasme du repos du guerrier !

Il y a des années, quand nous avons décidé de prendre en main notre vie, nous avons pris les commandes de notre personne aussi bien psychologiquement que physiquement, nous avons enfin pris le contrôle sur notre vie.

En prenant en main sa vie et à force de patience et de persévérance, de bonnes choses nous sont arrivés : Des potes, des copines et de la réussite !

Et un jour, nous sommes arrivés au sommet, nous avons atteint les objectifs que nous nous étions préalablement fixé. Nous sommes passés du statut de Guerrier au statut de Roi et on a enfin pu profiter de nos années de travail sur soi. En tant que Roi, la suite des événements nous semblait logique : nous avons cru qu’il était possible d’avoir de l’emprise sur son univers. Avant, nous avons pris le contrôle sur nous. Maintenant, en tant que Roi, nous voulons avoir le contrôle sur les autres et sur notre environnement.

Mais ça ne marche pas, les autres semblent incontrôlable et plus le temps passe, plus vous ressentez de la frustration car votre influence sur les autres est hors de votre contrôle.

Déjouer l’obsession au mérite ?

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.31.47

Combien de fois avons nous communiqué avec les autres dans l’espoir de les contrôler et d’obtenir ce que l’on veut (oui, on appelle cela de la manipulation).

Le mot manipulation fait peur et pourtant, c’est inconsciemment l’activité favorite de la personne méritante.

Sans même s’en rendre compte, il n’agit plus selon sa personnalité mais selon la réaction qu’il souhaite voir apparaître chez les autres.

La personne obsédée au mérite formule ses désirs selon une soi-disant morale :

« Si je suis  sympa avec les gens, ils doivent être aussi sympa avec moi »

« Si j’offre du temps à un de mes amis, il me renverra l’appareil sans que j’ai à lui demander »

« Si je suis un bon petit ami, ma copine doit m’aimer »

Allons, avouons le, on a parfois (souvent?) agit et dit des choses que l’on ne pensait vraiment uniquement pour avoir une réaction positive de l’autre. Contrairement aux personnes victimes de l’obsession à l’approbation, ce n’est plus peur de la réaction de l’autre, mais la volonté d’obtenir ce que l’on souhaite de l’autre (Sympathie, pouvoir sur l’autre, sexe,…) qui nous motive. On souhaite que la personne réagisse d’une manière bien précise.

Les comportements de la personne obsédé au contrôle adopte des stratégies de comportement dans l’unique but d’obtenir la réciprocité de la part des autres. Par exemple, certains n’osent pas dire certaines vérités en face des gens dans le seul but qu’on ne leur fasse pas de remarques en retour. D’autres personnes pensent qu’en étant à l’écoute de ce que les autres disent, les autres lui renverront l’ascenceur. Par conséquent, il n’appréciera que les personnes qui ont compris ses valeurs et qui décident volontairement d’aller dans son sens.

Sauf que, nous n’avons aucun contrôle sur les autres. Si bien que l’obsession au mérite va aboutir à une vie frustrante et totalement dénuée de la magie qu’elle avait avant.

« Attends, je l’ai écouté pendant des heures, comment a t-elle pu me laisser sur la quille »

« J’ai été plus que courtois avec lui, comment ose-t-il me dire mes 4 vérités? »

« J’ai travaillé dur, comment ose-t-il négligé cela? »

Finalement, on va donc peu à peu s’enfermer dans une réalité selon laquelle ses valeurs sont des valeurs objectives qui doivent être partagées avec tout le monde. Or, nous l’avons déjà vu pour la faille à l’accomplissement, mais il n’y a aucune valeur réellement objective sur notre chère planète tant l’être l’humain est complexe. Il suffit pour cela de voir le décalage des valeurs d’une société à une autre.

Un coeur ouvert face au chaos des autres et de l’environnement

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.23.09

Dans un de mes films cultes, Watchmen, le Comédien propose une solution toute simple pour l’obsession au mérite.

Comédien : Face au chaos de l’environnement et à notre impossibilité de la contrôler, face à la cruauté de l’humanité que l’on ne peut pas toujours comprendre, 2 choix, déprimer ou en rire !

Dans Watchmen, le comédien a fait du chaos son antre, à en devenir complètement addicte jusqu’à même générer du chaos là ou ce n’est pas nécessaire.

Le comédien est un psychopathe complètement taré et ne doit constituer un modèle pour qui que ce soit. Cependant, sa capacité à accepter le chaos et à improviser devrait tout de même inspirer les personnes qui se sentent méritantes et qui veulent à tout prix contrôler leur environnement.

Il faut prendre conscience que chaque être humain est unique, nous avons tous notre propre code de valeur. Par exemple, certains considèrent que l’honnêteté radicale est un cadeau à faire à ses proches, d’autres considèrent qu’il vaut mieux être diplomate et éviter les sujets qui fâchent. Heureusement que tout le monde n’invoque pas une réaction particulière des autres par pur sentiment de mérite. Sinon, l’humanité entière mangerait les pissenlits par la racine.

En bref, vous ne pouvez pas reprocher à un homme de vous dire quelque chose qui vous vexe simplement parce que vous avez été aimable avec lui. Vous pouvez lui reprocher de vous avoir fait une mauvaise remarque si la remarque en elle-même est vexante. Mais le condamner parce qu’il n’agit pas comme vous le souhaitez est le meilleur moyen d’être déçu des autres.

Si vous souhaitez que quelqu’un ne vous fasse pas de remarque vexante, vous n’avez pas le choix de lui dire publiquement avec un coeur ouvert à l’inconnu. Perso, je pense que c’est une bonne manière de commencer le changement si vous êtes vraiment très sensibles à certaines remarques.

Par exemple, en soirée, vous n’avez pas envie qu’on vous taquine sur votre ex alors que vous avez rompu il y a une semaine

Mauvaise remarque : Mec, comment oses-tu me parler ainsi ? J’ai été sympa avec toi et c’est comme ça tu me traites ?

Bonne remarque : Mec, je n’aime pas qu’on me fasse des remarques sur ça. On peut changer de sujet ?

L’état d’esprit du débutant curieux

Capture d’écran 2015-07-30 à 17.16.41

Si le mec continue malgré tout, là, vous pouvez être sûr que c’est un bel enfoiré (ou qu’il est très joueur). Vous avez alors le choix, l’éviter et changer de partenaire de discussion ou entrer dans son jeu et tenter de le battre avec ses propres règles le coeur ouvert :

Ah tu me trouves gros ? Mais pourquoi tu t’attardes sur mon physique ? Avec 10 kilos de moins, je serai ton genre de mec ?

Un bel exemple de répartit qui va le remettre dans ses pompes et même vous faire passer pour un mec cool.

Martin : Oui d’accord ! Mais je n’ai une telle répartie, ce n’est qu’après une interaction que je trouve la bonne réplique à envoyer… Et il est malheureusement toujours trop tard.

Oui, le manque de timing est la principale raison de notre manque de répartie. Il existe cependant une solution à laquelle personne ne pense. Il suffit de gagner du temps. En plus d’être efficace, cette technique va attirer la sympathie des autres.

Face à un énergumène qui a décidé de vous bâcher, ne soyez ni gentil, ni méchant, juste curieux ! Tant que vous n’avez pas trouver la répartie qui va le remettre à sa place, poser lui des questions de manière faussement innocente. On est « cassé » quand on n’a plus rien à dire et qu’on entre dans un moment de silence gênant. Tant que vous posez des questions faussement innocente dans la joie et la bonne humeur, le jeu continue !

Mec : Tu devrais rester chez toi plutôt que de sortir !

M : Ah bon, et qu’est ce qui se passera si je reste chez moi ?

Mec : Les gens verront pas ta sale tête !

M : Tu trouves que j’ai une sale tête ?

Mec : Ouais hahaha !

M : Je suis navré de ne pas entrer dans tes critères physiques. Mais le jour où je serai sexy, je te préviendrai, on se fera une bouffe et je te brouterai le minou 😉

Un autre exemple

Mec : Tu as vraiment l’air ridicule !

M : Ah enfin quelqu’un de sincère, je devrais changer quoi dans mon look ?

Mec : Tout !

M : Tu penses donc que j’aurai l’air cool si je m’habillais comme toi ?

Mec : Carrément !

M : D’accord, le jour où j’aurai envie d’être banale, je t’appellerai 🙂

Encore un autre

Mec : Et il est bien connu que tous les fans de ton hobbie sont complexés !

M : Ah oui et qui pense cela ?

Mec : Tout le monde !

M: « Tout le monde » devrait donc aller au toilette, il se ferait des amis à sa hauteur là-bas 😉

L’astuce du débutant curieux et que l’on pose des questions si spontanément que l’autre est obligé de répondre aussi spontanément (sinon il a perdu). Plus vous posez de questions, plus l’autre va adhérer sans s’en rendre à votre cadre de discussion et plus vous posez de question, plus vous renforcez vos chances de retourner ses propres vannes contre lui !

Bref, gagnez du temps et répondez toujours sur l’interrogative, comme ci vous étiez curieux de savoir ce qui se cache derrière le masque social de cet énergumène. Une fois habituée, c’est un jeu auquel on prend vite goût, vous verrez 😉

Déjouer le mérite, oubliez le sentiment de réciprocité

Autre chose, vous ne pouvez pas non plus reprocher à un homme de ne pas vous poser de questions sur votre vie trépidante. Si depuis le début, vous ne faites qu’enchainer les questions à son sujet, vous sous entendez vous même que votre vie n’est pas du tout intéressante et que pour la rendre un peu moins nul, vous écoutez les exploits d’un autre.

Vous allez me dire que vous faites ça par politesse. Mais bordel, pourquoi êtes vous poli avec tout le monde ? Si le mec en fasse est le mec qui a vous a invité à sa soirée, je comprendrai, si la femme en face de vous est votre nouveau chef, je comprendrai aussi, si vous avez en face un gars qui a un métier et expertise qui vous intéresse, je comprendrai bien.

Être poli avec quelqu’un, c’est à la base lui faire un hommage, un HONNEUR. Alors pourquoi devriez-vous être poli avec le mec qui se trouvait tout seul dans un coin avant votre arrivée ? Pourquoi devriez-vous être poli avec l’autre mec bourré qui s’incruste dans la conversation que vous aviez débuté avec une jolie demoiselle ? Pourquoi devriez-vous être aimable avec quelqu’un qui ne vous a même pas regardé dans les yeux en vous serrant la main ? Pourquoi devriez-vous écouter un mec qui ne fait que parler de lui et qui de plus est, est totalement inintéressant ?

Attention, je ne vous dis pas d’être grossier ou méchant. Mais vous avez le droit de le remettre à sa place, ou quittez la conversation si ça vous fait chié.

Pareil pour vos opinions. Si on vous demande vos opinions, ne les changez pas dans l’espoir que les autres feront pareil. Vous avez le droit de taire vos opinions si vous souhaitez éviter un débat que vous connaissez par coeur, mais ne faites pas ça dans l’espoir que les autres penseront à taire leurs opinions aussi.

Être et penser comme vous êtes, c’est vous ouvrir à l’imprévu et vivre la richesse de la découverte et de l’inconnu

A moins bien sûr  d’ouvrir son esprit à un état d’esprit bien plus gratifiant pour son estime.

 

L’état d’esprit intérieur « La vie est un jeu »

N’attendons plus que l’environnement s’adapte à nous pour être enfin valorisé. Devenons quelqu’un de valeur en s’adaptant aux règles de tous nos environnements sociaux et en agissant.

  • Votre supérieur hiérarchique ne pourra reconnaitre votre valeur à moins de lui donner des preuves concrètes par vos accomplissements
  • Les femmes ne reconnaitront jamais notre valeur à moins de nous motiver à montrer nos plus grandes qualités et à raconter nos meilleurs anecdotes.
  • On ne peut s’estimer méritant tant que nous ne nous disciplinons pas à accomplir les choses nécessaires prouvant notre mérite.

Que nous ayons vécu un passé difficile ou simple, nous pouvons nous considérer méritant à condition de passer à l’action.

Bref, agissons et persévérons dans l’effort jusqu’à oublier que l’on mérite ce que l’on veut obtenir. On ne sera une personne de mérite seulement quand nous aurons 90 ans et que nous aurons accompli 10000 choses durant notre vie !

A nous de jouer 🙂