Certains pensent que les lois de l’attraction dépendent uniquement de la compatibilité génétique avec un partenaire du sexe opposé. D’autres pensent que ces lois changent du tout au tout en fonction de la société et du contexte dans lequel nous sommes.

Chacun a une partie de la vérité. Les lois de l’attraction se divisent en 2 parties :

  • Les lois de l’attraction génétiques, statiques et immuables
  • Les lois de l’attraction sociétales, dynamiques et variables selon le contexte et l’époque

Si on se penche uniquement sur les lois de l’attraction sociétales, nous pouvons affirmer qu’elles ont changé du tout au tout ces 40 dernières années. Et pour preuve, il n’y a pas si longtemps que cela, un homme gentil avec une bonne situation avait toutes ses chances auprès des femmes.

Pourquoi un tel changement ?

Trouver sa moitié ne se fait plus par hasard Vous ne trouverez plus votre moitié uniquement par hasard (Photo de Felix Francis)

Si l’on prend comme point de départ les années 1920-1930, il y a eu 3 générations de mouvement féministes. Chacun de ces mouvements ont changé le statut de la femme au sein de notre société. Les 2 premières générations ont fait évolué son statut juridique en lui accordant le droit de vote et « l’égalité » des salaires et des conditions de travail. La 3e génération, elle, est en train d’aboutir à un changement plus profond, sur un aspect purement identitaire.

Quoiqu’il en soit, les femmes ont désormais le choix de ne pas dépendre financièrement de quelqu’un d’autre… Il n’est d’ailleurs plus question de juger une femme par l’homme qu’elle fréquente. D’ailleurs, les femmes ont de moins en moins peur du regard des autres. Il y a quarante ans, une fille qui couchait avec plusieurs garçons était montrée du doigt et insultée de « salope »… Aujourd’hui, si on jette un regard sur le baromètre sociale de la femme, il indique : « elle fait ce qu’elle veut de sont corps ». Sur le plan professionnel, on constate que les femmes arrivent lentement mais surement à un statut d’égalité… Et cela aussi bien sur l’aspect pécuniaire que sur les fonctions occupées : Des domaines professionnelles (militaire, politique,…) qui semblaient réservés uniquement aux hommes sont dorénavant ouvert à l’autre sexe. Nous pouvons donc objectivement constater une masculinisation du statut de la femme.

En parallèle, nous observons une féminisation des hommes. Par exemple, comparez les héros des films des années 80/90 et ceux d’aujourd’hui et vous remarquerez que les critères d’un personnage charismatique ont bien changé… L’image de l’homme viril des années 90 n’est plus forcément de mise. Du coté de la mode aussi les choses ont changé, les mouvements métrosexuels et dandy ont complètement bouleversé les codes vestimentaires et ont d’ailleurs forcé les hommes à prendre soin de leur image.
Comme principal responsable, nous pourrions pointer du doigt les médias et la publicité ! Il y a encore quelques années de cela, un homme viril était juste un homme viril. Si aujourd’hui, vous désirez avoir l’image d’un homme viril, vous devez :

  • Être viril
  • Avoir une barbe de 3 jours
  • Avoir l’air faussement blasé par la vie
  • Avoir un joli bronzage
  • Avoir la quantité requise (un peu mais pas trop)

(Au passage, si vous désirez avoir une longueur d’avance sur la mode, je vous recommande un joli rasoir à foufoune qui vous permettra de vous faire le ticket de métro 🙂 )

En résumé, la société nous adresse le message suivant : « Messieurs, si vous voulez plaire aux femmes, consommez ! »

Martin : Ok j’ai compris. Mais quelle est la conséquence directe sur les communautés de dragueur ?

Nous voilà maintenant dans le début des années 2000, l’homme s’est trouvé alors dans une situation de difficulté.  Un bon diplôme et un beau sourire ne suffiront plus pour avoir une relation avec une demoiselle. Il va devoir se bouger le cul. Et s’il n’a pas envie de trouver l’amour de sa vie sur un site de rencontre qui l’obligera à se taper des dialogues sans consistance avec des filles à la hauteur de leur dialogue, il va devoir prendre le taureau par les cornes et faire des rencontres. Malheureusement, cela requiert :

  • Une remise en question du conditionnement social
  • Beaucoup d’audace
  • Et surtout, une capacité à encaisser des méchants râteaux

Mais c’est 3 critères ne sont pas à la portée de tout homme. Cela a pour conséquence directe une augmentation du nombre de célibataires… Et, à force d’échec amoureux, l’homme perdra petit à petit confiance dans son identité profonde. Il va prendre alors une terrible décision.

Martin : Puisque c’est comme ça, je vais devenir ce que les femmes me demandent d’être !

Et là, c’est le Game Over. Notre homme va attendre que le sexe opposé daigne remarquer son civisme, son sens de l’humour et sa capacité d’écoute et il se mariera sans trop de conviction avec une demi-moche qu’il aura chopé sur ADP.

Note : Tout ce que je viens de dire est une réalité observable dans les grandes villes et encore plus dans la capitale. Cependant, dans certains petits villages de France, il est possible de trouver un conditionnement social similaire aux années précédant mai 68.

Communauté de dragueurs : Le nouveau besoin du 21e siècle ?

Face au féminisme, une nouvelle alternative, les communautés de dragueurs

La montée du féminisme et de la visibilité du corps de la femme a fait naître la communauté de dragueurs (Photo de Tuncay)

Le nombre d’hommes célibataires augmentant d’année en d’année, un besoin implicite d’apprendre à plaire aux femmes a émergé. Et c’est alors qu’un groupe de mecs un peu barré se sont demandés s’il était possible de décortiquer les lois de l’attraction et d’en faire une pseudo-science à la portée de n’importe quel homme timide.

Ce mouvement a débuté en Amérique. Des PUA (Pick Up Artist), qui étaient à l’origine des hommes frustrés par les femmes, ont appris par l’expérience à comprendre les mécanismes de la séduction (Pour citer les plus talentueux d’entre eux, il y a Ross Jeyffries, Mystery, Style, Mark Manson, Tyler Durden, …).

Différentes communautés se sont crées autour de chacun de ces « Gurus » de la séduction. Chaque communauté de dragueurs défendant sa propre méthode.

Afin de rémunérer leurs talents, ces Gurus ont proposé des Workshops (Atelier alliant théorie et pratique sur des terrains tels que la rue, les boites de nuit,…) à leurs apprentis. Chacun de ces Gurus a sa propre approche sur l’apprentissage de la séduction. Certains proposent de comprendre la psychologie féminine, d’autres préfèrent se concentrer sur le développement identitaire des apprentis, d’autres encore ont recours à la PNL…

Martin : Mais qu’en est-il de la France?

Il aura quand même fallu attendre quelques années avant que le virus débarque en France. Le premier vrai noyau de PUAs est apparu en 2004 dans la communauté de la FrenchTouchSeduction.

Tout cela a l’air cool et je pense que beaucoup d’hommes sont intéressés par l’amélioration de leurs pouvoirs d’attractions.

Mais, car il y a toujours un mais… La communauté de dragueurs se heurte actuellement à plusieurs problèmes internes et externes :

  • Tout d’abord, la médiatisation de ces communautés de séduction a détruit une partie de ce qui la rendait si efficace ! Le fait que, quelque part dans le monde, sans que personne le sache, des hommes, venant de n’importe quel milieu social, discutaient en secret des femmes donnait un coté underground des plus jouissifs. De plus, la plupart des théories et des techniques étaient inconnues de la plupart des gens. Et c’est grâce à cet aspect secret que de nombreux timides se sont motivés à passer à l’action.
  • Aujourd’hui, à part quelques sites d’exceptions, la plupart des conseils prodigués par les sites de séduction sont trouvables dans les magazines de mode…lol.
  • Le fait que de nombreux apprentis séducteurs ont reconnu avoir des difficultés à s’épanouir dans une relation sérieuse. Il semblerait que décortiquer et maîtriser les mécanismes de séduction ait un prix : le fait d’avoir trop le choix empêche de faire un choix. En effet, quand un player séduit une fille, peu de temps après, il se dit qu’il peut encore trouver mieux (consciemment ou non), ce qui décrédibilise à ses yeux la relation qu’il mène. Et qui le conduit à rompre tôt ou tard.
  • Et enfin, le fait que de nombreux hommes perdent des années à apprendre à séduire dans le but de trouver la femme qui changera leur vie. Sauf que, contrairement à ce que beaucoup croient, c’est en changeant de vie que l’on devient séduisant. Comme dirait l’autre, l’homme accompli qui flirte avec son accomplissent personnel n’a pas à apprendre le GAME, il est le le GAME !

La suite dans le prochain article : journal de séducteur